Histoire

Quelques faits marquants dans l'histoire de la commune de Belfahy...

             
L'étymologie :

En étymologie, Belfahy signifie "beau Hêtre", "foyard" (appellation ancienne du hêtre).
Les diverses façons d’écrire Belfahy au cours des siècles :

1631 : Belfais 1680 : Belfahys
1750 : Belfahy 1761 : Bellefay


Au Moyen-Age :Belfahy autrefois

Au Moyen Age, l’insécurité régne dans les plaines : écorcheurs, mercenaires, famine, peste, fuite des catholiques du Pays de Montbéliard incitent la population à immigrer vers des lieux plus sûrs tels que Belfahy. Ce petit village de montagne, d'accès difficile, est en effet protégé par son isolement.
Cette migration est également favorisée par le besoin  toujours grandissant de charbon de bois destiné à l’exploitation, par le Roi, des mines d’argent des environs. La déforestation favorisera la création de pâtures et de champs à cultiver, améliorant ainsi la vie des paysans des environs.

Belfahy passera successivement sous la tutelle d’Antoine de Grammont pour le Roi d’Espagne, puis de Walter d’Andglau pour le Comté de Bourgogne. Ce dernier possédait une propriété et habitait Belfahy.
Il faut attendre 1674 pour que le Roi de France, après de durs combats, conquiert la Franche Comté et intègre Belfahy au Royaume de France.
Par différents mariages et alliances, le village passera sous le joug de différents suzerains, dont le dernier en date fut la douanière de Beaufremont jusqu’en 1789.
                 

Le XVIIIème siècle et la Révolution :

La vie à Belfahy au XVIIIème siècle était très difficile. La seule richesse était le bois et son exploitation était exclusivement réservée au Roi.
La réglementation concernant le bois était d'ailleurs très rigoureuse. Une surveillance intensive entraînait les contrevenants à payer de lourdes amendes, les sanctions pouvant aller jusqu'à la décapitation.

Le 20 mars 1789, 300 habitants de  Belfahy se réunissent sur la place du village avec leur échevin François-Jean Baptiste MARSOT pour rédiger ‘’le cahier des Remontrances, Plaintes et Doléances’’ qui sera présenté à l’assemblée générale du Tiers Etat du Bailliage à Vesoul par François Gillet, élu député à cette occasion.
Ce cahier comprend les demandes habituelles des communes :
      - réunions régulières des états généraux,
      - abolition des privilèges,
      - amélioration de la justice,
      - réforme des servitudes,
      - uniformités des poids et mesures.
Mais il rappelle également les conditions difficiles rencontrées par le village en matière de conditions géographiques :  la neige abondante, encore présente en mai ou en juin, l’agriculture fastidieuse, la législation sévère concernant les délits forestiers régissant la garde des bois,
Il traite également des problèmes divers comme des redevances abusives exigées par le Vicaire de Plancher les Mines pour un service de messe inexistant ou des problèmes concernant les abus de pouvoir seigneuriaux.

    
L'évolution de laBelfahy autrefois population :

En 1790 :
191 personnes vivent à Belfahy, soit 46 familles. La mortalité infantile y est plus importante qu'en plaine : 2/3 des morts ont moins de 20 ans.

En 1815 :
La population est en constante augmentation. Cette année là, elle atteint les 455 habitants.

En 1840 :
C'est l'âge d'or de Belfahy, avec 589 habitants.
Mais dès la fin du XIXème siècle, le village connait un déclin de plus en plus rapide. Au XXème siècle, l'école fermera, le curé sera supprimé, la dernière épicerie fermera ses portes...

En 2003 :
Le village ne compte plus que 27 résidences principales, pour 59 habitants permanents. Les touristes sont presque trois fois plus nombreux : on dénombre pas moins de 82 résidences secondaires à Belfahy.

En 2007 :
Les 66 habitants qui ont choisi de vivre à Belfahy à longueur d'année travaillent pour la plupart dans la vallée de l'Ognon (à Lure, Melisey...), dans les Vosges, ou dans le Territoire de Belfort.

 
Plan du site - Copyright © 2007 tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net  
Accès au site de la CCHVO